" Montre-moi ton  iris, je te dirai qui tu es! "

 Vos iris sont uniques au monde!

Outre leur couleur, ils renferment de nombreux signes témoignant de votre vitalité, de vos ressources  et révélateurs de la nature de

votre terrain, comme des sensibilités de votre organisme.

Ils ne permettent en aucun cas un diagnostic médical mais  leur observation par l'intermédiaire d'une loupe m'apporte des éléments supports aux échanges  et qui aiguilleront mes recommandations

à l'issue de la consultation.

 

Bien plus qu'un symbole !

 

Dans la mythologie grecque, Iris est la messagère des dieux. Représentée par l'arc en ciel, elle est le lien direct entre l'Olympe et les hommes auxquels elle transmet la volonté des dieux. Rien d'étonnant  à ce que l'iris de l'œil soit lui-même porteur de messages !

 

L'iridologie était déjà connue des Egyptiens, comme en Mésopotamie, en Inde mais aussi en Chine. Quelques écrits l'évoquent pour l'Europe en 1670. L'approche européenne de cette discipline s'est surtout développée en Hongrie à partir de 1827 avec le médecin homéopathe Ignaz Von Peczely. L'histoire raconte que c'est grâce à la patte fracturée d'une chouette qu'on lui doit ses premières découvertes à savoir la présence d'une barre fractionnée dans l’iris de la chouette  puis sa résorption lors de sa guérison. Passionné par le sujet, il l'a ensuite exploré à partir des pathologies de ses patients, dans une recherche permanente de connexions entre l’organisme et l’iris. Ces travaux lui ont permis d'aboutir en 1880 à l'obtention d'une première cartographie des zones iriennes. 

 

Courant 19eme, le Suédois Nils Liljequist publie un ouvrage sur les modifications de l'iris résultant de taches qui complète les cartographies existantes et situe notamment la zone de projection du tube digestif autour de la pupille.

Au 20ème siècle, c'est le neurologue René Bourdiol qui élargit  les travaux sur le sujet. Il s'appuie sur l'innervation de l'iris par le nerf vague, une branche motrice du système nerveux autonome (responsable notamment du malaise vagal), qui permet de connecter et de concentrer, au niveau de l'iris, des informations issues de tout l'organisme ; celles-ci s'inscrivent dans des phénomènes de constriction et de dilatation nerveuse, devenant également des marqueurs pertinents. André Roux complète alors par de nouvelles cartographies construites selon des modèles représentant l'enroulement du corps au sein de l'iris.

 

Enfin, d'autres liens se sont établis au fil des années, permettant à l'iridologie de devenir un véritable outil de travail pour le naturopathe, lors du bilan de vitalité. Et c'est ainsi que je la pratique en m'appuyant sur seulement quelques signes iriens!

 

 

La constitution

C'est le premier indice qui ressort de l'observation de l'iris. Elle dépend de couleur des yeux. La pigmentation obtenue résulte d'une expression héréditaire et génétique mais elle montre aussi d'emblée des grandes tendances découlant de sensibilités métaboliques. Attention, la couleur s'observe à la loupe ou suite à un grossissement car à l'œil nu, elle peut être biaisée par des pigments déposés secondairement. Sauf pour le petit enfant, la couleur de base des yeux ne variera pas au fil des années, ce ne sont que les dépôts métaboliques qui pourront donner l'impression de variations.

 

Fibrillaire lymphatique

On l'appelle ainsi car les fibres conjonctives sont visibles. ce sont les yeux bleus des gens du Nord et dont la peau est sensible au soleil. Le terme "lymphatique" provient de l'hyperactivité de leur système lymphatique qui peut induire des tendances allergiques. Cette constitution montre souvent une prédisposition à l'acidification des tissus et aux troubles arthritiques allergiques (asthme, eczéma...) ou rhumatismaux.

Le naturopathe vous donnera alors des recommandations visant à limiter les processus d'acidification avec une alimentation alcalinisante par exemple.

Mixte

Même si sur l'image, ils semblent très foncés, il s'agit d'une constitution intermédiaire entre le "bleu" et le "velours noir". On pourra parler d'yeux noisette ou vert brun.
Cette constitution combine les sensibilités des deux autres et se révèle souvent par un ralentissement digestif , des ballonnements ou un déséquilibre de la flore intestinale parfois  résumé à dysbiose.

La naturopathe cherchera donc à soutenir la sphère digestive et, sur la base d'autres signes iriens, il pourra recommander un soutien au microbiote intestinal...

hematogene

Tels des yeux de velours, on y distingue en dominante un tapis marron de mélanine,  éclaircie légèrement par la loupe mais masquant la plupart des autres signes iriens. Fréquents chez les gens du Sud, ils sont dits "hématogènes" en raison de la tendance à l'encrassement du sang par excès de graisses ou de sucres alimentaires. La potentielle congestion du foie peut donner lieu des des kystes ou des digestions difficiles.

Les recommandations du naturopathe porteront notamment sur un équilibre alimentaire limitant les risques d'encrassement  tout en favorisant le drainage hépatique.


La Trame irienne

L'iris est constitué d'environ 6000 fibres conjonctives réparties sur 4 couches et disposées en rayon autour de la pupille. Ce sont ces fibres plus ou moins denses et serrées qui définissent la trame; et  leur tonicité renseigne sur la résistance vitale et la capacité du corps à préserver son équilibre.

 

La densité des fibres reflète en effet l'organisation général du corps et de ses tissus. Pour la traduire, le naturopathe évalue 4 à 5 niveaux de trame:

  • Le premier niveau correspond à la trame très serrée et régulière observée chez des individus qui, par leurs bonnes prédispositions organiques, n'ont pas appris à écouter les messages de leur corps, ni ses besoins de récupération. Ils ont en général un bon niveau d'énergie et une bonne résistance physique mais qui pourraient leur jouer des tours, s'ils sont trop souvent dans le "rouge" ou le surmenage, et ne prennent pas le temps du repos. C'est sur ce point que le naturopathe pourra les aider à relever le pied!
  • A l'inverse, les trames très relâchées, avec des vacuoles de forme ovale (on en voit quelques unes sur la photo ci-contre), renvoient vers une fatigabilité plus importante, et sont associées à des personnes qui ont pris l'habitude de temps de repos et de recharge. Leur adaptation nerveuse ou endocrinienne pourra être renforcée par des reminéralisations régulières.  Les densités intermédiaires se traduisent par des niveaux de résistance intermédiaires....

Les autres signes...

Les autres signes qui interpellent :

  • des informations sur l'équilibre du système nerveux et ses réserves peuvent s'observer de la périphérie de l'iris avec des anneaux de crampe ou dans une zone plus centrale, dite la "collerette" par son relief plus ou moins marqué et plus proche de la pupille. 
  • des modifications de la coloration par hyper pigmentations allant du blanc au brun en passant par le jaune -orangé qui s'installent au regard de l'hygiène de vie et de déséquilibres acides du métabolisme. Elles peuvent s'observer sur de larges surfaces, ou sur des zones très ponctuelles...
  • une superposition des zones remarquables avec les cartographies iriennes pour repérer les organes mis en jeu, sans être bien sûr présumer d'un diagnostic...
  • l'éclat, la forme de la pupille sont aussi intéressantes à observer...

Quelques minutes suffisent pour repérer ces principales informations dans vos iris. Elles donnent lieu à un échange car elles ne correspondent qu'à des sensibilités, qui ne s'exprimeront peut être jamais. 

C'est à partir de cet échange, et des tendances observées et peut être à corriger, que je formule avec vous des recommandations personnalisées adaptées notamment à votre terrain.